SENEGAL : VERS UNE PENURIE D’ARACHIDE POUR LES HUILERIES

Filière

Dakar, 3 janvier 2023 (savane)- La campagne de commercialisation de l’arachide 2022/23 semble mal enclenchée au Sénégal. En cause, l’appétit des Chinois qui achètent au prix fort l’arachide provoquant, une pénurie d’arachides pour les huileries locales, qui ne peuvent rivaliser avec le prix offert, entre FCFA 350 et 450 le kilo contre un prix au producteur fixé à FCFA 275.

Pour cette campagne de commercialisation qui a démarré le 21 novembre et se poursuit jusqu’au 21 mai 2023, les producteurs se frottent les mains et vendent leurs graines à ces hommes d’affaires chinois, à ces prix qui, selon le secrétaire général du Syndicat national des corps gras, Issa Ly, Issa Ly, sont exorbitants pour les huiliers locaux.

 « L’Etat doit réguler le marché de l’arachide pour permettre à tous les acteurs de la filière de tirer profit de leurs activités », se plaint le directeur de l’usine de la Société nationale de commercialisation des oléagineux du Sénégal (SONACOS) à Diourbel (centre), Damé Touré dans un entretien avec l’Agence de presse sénégalaise (APS). M. Touré déplore le contrôle de l’essentiel des activités de la filière par les mêmes commerçants.

Selon lui, ils « n’ont pas le droit de s’approvisionner en coques d’arachide et en matières premières sur les sites de production ». A cause de la domination du marché sénégalais de l’arachide par certains opérateurs, “les petites et moyennes entreprises gérées par des milliers de familles sont sans stocks de graines, de même que toutes les autres huileries du Sénégal”, a soutenu Dame Touré.

Si le rythme actuel des exportations de graines d’arachide se poursuit, a-t-il prévenu, “on risque de ne plus disposer de semences de qualité dans notre pays”.

La SONACOS a “une grande capacité” d’achat de graines, a souligné M. Touré, déclarant que les agents de cette société nationale ont du mal à trouver des graines à acheter.

Issa Ly, s’exprimant au nom de du Syndicat national des corps gras, soutient que l’Etat du Sénégal doit “suspendre les exportations de graines d’arachide pour sauver la campagne de [collecte] de la SONACOS et des autres huiliers”.

“Les exportations ne sont pas autorisées, car on n’a pas cette année une production de plus de 1 million de tonnes d’arachide”, a-t-il argué.

Une mesure prise par les autorités sénégalaises depuis 2016 interdit aux opérateurs étrangers de faire des exportations s’il n’y a pas assez de graines décortiquées au Sénégal, a soutenu le syndicaliste.

“J’appelle l’Etat à respecter cette mesure”, a-t-il martelé, invitant les producteurs sénégalais à “un sursaut patriotique”, autrement dit, à ne vendre leurs stocks d’arachide qu’à la SONACOS, en vue de la protection de la filière et des emplois qu’elle génère.

Le Comité national interprofessionnel de l’arachide a fixé à 275 francs CFA le prix du kilogramme pour la campagne de commercialisation des récoltes en cours.

La Rédaction avec APS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *