DEUIL NATIONAL : POURQUOI LE GRAND NORD RÉCLAME LA DÉPOUILLE DE BÉDIÉ

Politique

Décédé le 1er août 2023, à l’âge de 89 ans, Henri Konan Bédié a été inhumé ce samedi 1er juin 2024, dans son village à Pepressou, dans le centre-est ivoirien. Bien avant la mise en terre du sphinx de Daoukro, toutes les régions de Côte d’Ivoire lui ont rendu hommage à la place publique du village, conformément à la tradition du peuple Akan.

Il a été porté dans sa derrière demeure ce samedi 1er juin 2024 à Prepressou ( Daoukro) aux termes d’une semaines de funérailles. Mais le Grand Nord avait souhaité sacrifier au rituel d’hommage à l’ancien chef d’État sur ses terres septentrionales, notamment à Korhogo. Lors de la présentation des condoléances, le district des Savanes n’a pas manqué de réclamer la dépouille mortelle du Président Henri Konan Bédié au roi de la tribu Ouélé-N’Gbogbo, Nanan Atto Yapi III. Histoire de lui organiser des funérailles dignes de son rang à Korhogo, chef-lieu dudit district. 

Devant un brancard et bien d’autres objets symboliques prévus pour transporter l’illustre disparu en en pays sénoufo, le porte-parole du District des Savanes, Soro Dolourou, déclarait, au nom de sa Majesté Issa Coulibaly, chef de canton du Poro : « Notre chef me charge de dire à son homologue qu’il a appris la triste nouvelle de la disparition de son frère, son fils, son neveu. Il dit que Felix Houphouët-Boigny était le frère, le fils de Péléforo Gon Coulibaly. Bédié étant le fils d’Houphouët, il est donc son neveu, son petit-fils. Son corps n’appartient donc pas au peuple baoulé. Il revient aux Sénoufo, au regard des liens séculaires qu’il y a eu entre le Président Houphouët-Boigny et les peuples du Nord ».  Après maintes tractations, les hôtes de Nanan Atto Yapi III ont du concéder que Daoukro, ville natale de l’ancien chef de l’État continue d’abriter les funérailles. 

Une scène qui relève le pacte entre le Grand Nord et le Centre de la Côte d’Ivoire, dont les bases ont été jetées par le Président Félix Houphouet-Boigny, lui-même chef coutuier et le patriarche Péléforo Gon Coulibaly. 

Au-delà de cet hommage, faut-il rappeler les populations se souviennent aussi de certaines actions de développement engagées dans cette partie du pays sous les six ans de règne de l’illustre défunt. En matière d’infrastructures routières, on peut citer, entre autres, le bitumage des tronçons suivant : Bondoukou-Bouna [1997] long de 176 km avec le bitumage d’une partie de la ville de Bouna ; Korhogo-Boundiali [1998] environ 100 km ; Katiola-Dabakala [1997] long de 86 km avec le bitumage de certaines artères de la ville de Dabakala ; Kanawolo-Korhogo [1998] environ 100 km ; la Construction de l’Usine d’engrenage à M’Bengué… Sur le plan de l’enseignement supérieur on peut citer a création de l’Unité Régionale d’Enseignement Supérieur (URES) de Korhogo (1996-1997), transformée depuis 2012 en Université par le Président Alassane Ouattara.

Au plan politique, le Président Bédié aura joué un rôle non négligeable, notamment dans le processus de retour de la Côte d’Ivoire à la paix, après la crise militaro-politique de 2002 à 2010.  Henri Konan Bédié, c’est aussi l’homme dont le soutien a été déterminant pour la victoire du Président Alassane Ouattara, fils du Nord, au deuxième tour de la présidentielle de 2010. C’est encore l’homme de l’Appel de Daoukro de septembre 2014, invitant les militants de son parti, le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA) et l’ensemble des Ivoiriens garder le cap et à soutenir le Président Alassane Ouattara pour la présidentielle de 2015… 

Henri Konan Bédié était un homme d’État, mais c’était aussi un homme comme tous les mortels. Il s’est certainement souvent trompé. Mais il s’est efforcé de s’inscrire, tout le long de sa vie, dans la dynamique de son prédécesseur, le président Félix Houphouet-Boigny, père fondateur de la nation, par son attachement au Grand Nord, à toute la Côte d’Ivoire. Faut-il rappeler qu’avant le multipartisme, c’est dans cette partie septentrionale du pays que l’ancien parti unique, puisait ses victoires. Depuis 1945 jusqu’au décès du Président Félix Houphouet-Boigny, les populations d’Odienné à Bouna en passant par Touba, Séguéla, Ferké, Korhogo, Tengréla, Boundiali…, avaient toujours été aux côtés du Père de l’Indépendance, pour les combats de la dignité de l’Ivoirien, de la grandeur et du développement de la Côte d`Ivoire.

Ténin Bè Ousmane

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *